Par Daniel Granh DJAMA, Chargé d’Investissement chez Comoé Capital

L’essence de notre métier d’investisseurs est d’accompagner des entrepreneurs dans la quête du développement de leurs entreprises. La nature de cet accompagnement prend la forme à la fois d’apports de capitaux, d’assistance à la structuration des activités (stratégie, ressources humaines, finance…) et l’ouverture d’un réseau d’experts et partenaires sur tous les aspects notamment commerciaux.

Nous ne prenons aucune garantie financière et/ou matérielle avant de nous engager dans cette voie. Nous misons sur le fait que notre travail ensemble portera des fruits. En somme, nous prenons les risques à vos côtés.

Comme toute entreprise, nous avons l’objectif de créer de la valeur financière afin d’assurer notre pérennité. De manière pragmatique, nous arrivons à fructifier notre investissement dans la PME lorsque les fonds mis à la disposition de l’entreprise et le travail d’accompagnement se traduisent en croissance.

Cette philosophie justifie le moyen par lequel se fait cet investissement. À savoir une prise de participation temporaire (pour les fonds comme Comoé Capital elle est toujours minoritaire) dans le capital de l’entreprise.

Parce que ce qui est écrit vaut mieux qu’une entente verbale, les processus qui conduisent à la réalisation de ce partenariat d’une durée allant de 4 à 7 ans suivant les fonds incluent un document juridique et technique indispensable pour régir les relations entre les différents actionnaires.

Il protège les intérêts communs, permet d’acter les conditions de mise en œuvre de la stratégie, de mettre fin plus facilement aux litiges qui pourraient survenir.

Le pacte d’actionnaire contient généralement les parties suivantes :

  1. Les clauses concernant le capital social : elles permettent aux signataires de gérer la composition du capital et les droits s’y référents.
  2. Les clauses relatives à la gestion et l’organisation de l’entreprise : accès à l’information, périodicité des points stratégiques, mode de gestion des finances…
  3. Les clauses relatives à la rupture du contrat et les sanctions en cas de violation des clauses du pacte.

Il convient de noter que les clauses incluses dans un pacte d’actionnaire ne sont pas uniquement que le fait de l’investisseur. Si celui-ci est presque toujours à l’initiative de ce document, son contenu reste le résultat d’un échange entre les deux parties.

Chacune des parties, investisseurs comme entrepreneurs obtient avec ce document une vision claire des conditions d’entrée et de sortie de l’investisseur ainsi que la nature de la relation qui les liera pendant la durée de l’investissement.

Show CommentsClose Comments

Leave a comment